En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Faudra-t-il bientôt un permis pour pouvoir adopter un animal de compagnie ?


Dans certains pays, cela se fait déjà : passer un permis pour avoir le droit de posséder un animal de compagnie. En France, des députés proposent de faire de même, pour lutter contre la maltraitance animale. Explications.

Vers un permis d’adopter

Pour adopter un chien, un chat ou tout autre animal de compagnie, faudra-t-il prochainement montrer patte blanche ? C’est en tout cas un sujet sur lequel a planché le député Loïc Dombreval (LREM). En juin dernier, cet élu a remis 120 propositions au gouvernement pour lutter contre l’abandon et la maltraitance des animaux. Parmi celles-ci, l’idée d’un permis que devraient obtenir les futurs propriétaires d’animaux pour pouvoir adopter.

Concrètement, à quoi ça ressemblerait ?

Ce permis pourrait prendre la forme d’un test de connaissances, sous forme de QCM (questions à choix multiples). Une manière de vérifier que les futurs propriétaires ont conscience de ce à quoi ils s’engagent et qu’ils ont les connaissances minimales sur les besoins de leur futur animal. Une fois le permis obtenu, il ne serait ensuite pas acquis à vie, exactement comme un permis de conduire. En cas de maltraitance avérée, il pourrait être retiré.

Astuce Malynx !

En Wallonie (Belgique), le permis de détention d’animal de compagnie a été introduit en 2019 ! Et son efficacité a déjà été démontrée : une dizaine de permis ont été retirés à des propriétaires malveillants.

Un permis qui fait débat

Sans surprise, l’annonce de cette proposition n’a pas fait l’unanimité. Quels sont les arguments pour et les arguments contre ?

  • Côté pour, c’est logique : on salue une mesure qui protégerait les animaux et éviterait des abus. Car aujourd’hui, rien n’empêche une personne qui a maltraité un animal d’en adopter un autre par exemple.
  • Côté contre, ce n’est pas tant le bien-fondé de la proposition qui fait réagir, mais surtout sa mise en œuvre. Avoir une base de données, organiser des épreuves pour les QCM, délivrer des permis, faire des contrôles… autant de tâches qui demandent du budget, du personnel et du suivi.

Parmi les autres propositions…

La création d’un permis de détention d’animal de compagnie fait partie d’un ensemble de propositions en faveur de la lutte contre la maltraitance animale. Parmi les autres mesures suggérées :

  • L’interdiction d’acheter des animaux de compagnie dans des animaleries, notamment pour éviter les effets « coup de cœur », qui mènent parfois à des abandons rapides ;
  • Le renforcement des sanctions pénales en cas de maltraitance ou d’abandon : 3 ans de prison et 45 000€ d’amende, contre 2 ans de prison et 30 000€ aujourd’hui.

Que ces mesures soient adoptées ou non, elles ont en tout cas le mérite de mettre sur le devant de la scène la question du bien-être animal. L’idée de ce permis rappelle également à tous que posséder un animal n’est pas un acte anodin et qu’il s’accompagne de devoirs et de responsabilités.

Cet article vous a-t-il été utile ?