En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Coronavirus : la SPA craint des abandons en chaîne

Euthanasie et abandons de chiens et chats : c’est ce que redoute la SPA lors du confinement général. Les maisons, refuges et dispensaires de l’association sont dorénavant fermés.

vaginite chienne

« Non, les animaux domestiques ne transmettent pas le coronavirus à l’homme », crie haut et fort la Société protectrice des animaux (SPA). Depuis dimanche 15 mars et les annonces du gouvernement, l’association, considérée comme non essentielle à la vie de la nation, a dû fermer ses refuges, ses maisons et dispensaires. Elle craint plus que tout une vague d’abandons d’animaux.

« Nous sommes en contact depuis hier avec le ministère de l’Intérieur », a communiqué la SPA qui espère pouvoir continuer son activité. Si 300 000 chiens et chats se retrouvaient du jour au lendemain à la rue, ce serait « la catastrophe » selon l’institution. La ville de Caen a déjà annoncé mardi 17 mars qu’une vague d’abandons avait été constatée, en particulier les chiens.

Nombre colossal d’euthanasies

A Rennes, la SPA déclare qu’elle « va déborder » et alerte contre les fausses informations qui circulent sur internet. Les abandons, couplés à la fermeture des refuges et donc à la diminution des adoptions, vont nécessairement causer un nombre colossal d’euthanasies dans les fourrières, comme le prévoit la loi française.

La seule solution serait une réouverture des refuges selon la SPA : « Nous demandons une modification de la réglementation des déplacements autorisés (…) à savoir la possibilité de se rendre dans les SPA et refuges. C’est la seule solution pour désengorger nos centres ». Comme le rappelle France 3, les propriétaires sont responsables pénalement et financièrement des dommages et blessures causés par leur animal errant.