En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Pour les garder en bonne santé, les chats doivent éviter de sortir

D’après une étude publiée mercredi dans le magazine américain Biology Letters, les chats aventuriers ont 3 fois plus de chance de tomber malades que ceux qui restent tranquillement à la maison. Des conséquences directes sur la santé de leurs propriétaires ont également été observées.

Chaton endormi sur un clavier

Garder cet animal à l’intérieur de son logement, tel est le conseil d’une étude américaine publiée mercredi dans Biology Letters. En effet, un chat s’aventurant à l’extérieur a quasiment 3 fois plus de risques d’être contaminé par des parasites, que celui qui reste à la maison. « C’est la première fois que l’on quantifie le risque », détaille Kayleigh Chalkowski, principale auteure de l’article.

Cette analyse a été effectuée sur les résultats de 21 études menées sur diverses infections du chat domestique dans près de 16 pays dans le monde. A la surprise générale, cette tendance est d’autant plus marquée dans les pays du Nord. « Nous pensions que les chats dans les zones tropicales seraient davantage concernés (…) car il y a davantage de vie sauvage et de parasites », précise l’étude.

13 millions de chats domestiques en France

La conclusion de cette analyse est simple : « quel que soit l’endroit du monde où l’on vit, garder son chat à l’intérieur est un bon moyen de le tenir éloigné des maladies infectieuses ». Une annonce importante puisque près de 500 millions de chats domestiques sont aujourd’hui recensés dans le monde dont 13 millions en France.

Plus inquiétant, l’étude révèle que sur les 19 pathogènes analysés, un certain nombre d’entre eux peuvent être transmis à l’homme. On retrouve ici notamment le Toxoplasma gondii, virus de la toxoplasmose, ou encore le Toxocara cati, un ver intestinal.