Ouverture du procès lié au trafic de 5 000 voitures d’occasion

 

Mardi 22 mars s’ouvre le procès sur les 5 000 voitures d’occasion remises en circulation illégalement. 40 % des véhicules testés ont été déclarés dangereux.

Voitures d'occasion

5 447 475 voitures d’occasion ont été immatriculées en 2014, soit trois fois plus que de voitures neuves.

L’Alliance nationale des experts en automobile (Anéa) s’est constituée partie civile au procès, les 22 et 23 mars, contre trois experts en automobile et des professionnels de la réparation qui auraient remis en circulation des véhicules accidentés non-habilités à circuler. Sur les 5 000 voitures d’occasion impliquées, à ce jour la moitié a été examinée par des experts de la Confédération française des experts en automobile (CFEA), à la demande du ministère de l’Intérieur. 40 % des véhicules ont été déclarés dangereux.

Le quotidien Le Parisien a révélé en juillet 2015 l’escroquerie conduite depuis plusieurs années par des experts automobiles. Trois d’entre eux auraient émis des certificats de remise en circulation pour des véhicules accidentés alors que les réparations effectuées n’étaient pas toujours conformes à la législation en matière de sécurité. Les 11 personnes incriminées comparaîtront devant le tribunal correctionnel d’Evry.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres