En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les voitures pourraient bien avoir leur propre carte vitale

Le CNPA (Conseil National des Professionnels de l’Automobile) réfléchit actuellement à améliorer la traçabilité des voitures, de leur conception à leur vente. Que propose-t-il ?

assurance auto et contrôle technique

Récemment, le CNPA a confié lors d’une conférence de presse vouloir lutter activement contre la fraude dans le milieu de l’occasion automobile. Il s’agirait également de rendre plus accessible l’historique d’une voiture, ses caractéristiques et de compiler ces informations au sein d’un seul et même dispositif. Pour cela, le CNPA a pensé à une carte pouvant suivre le véhicule dans toute la durée de son utilisation et qui réunirait ses visites au contrôle technique, ses réparations ainsi que ses informations lors d’une vente d’occasion. Son président, Francis Bartholomé, confiait vouloir « créer la carte vitale de l’automobile, pour connaître son parcours de la sortie d’usine à sa fin de vie ». Une initiative qui devrait empêcher la fraude au compteur qui touche, selon auto plus, 600 000 voitures par an.

Cette mesure existe déjà dans de nombreux pays, Royaume-Uni, États-Unis, Belgique. Des prestataires particuliers offrent un supplément de traçabilité aux véhicules neufs ou d’occasion en permettant de consulter leurs données.

Un dispositif encore au stade de projet.

Une étude de faisabilité est en cours de réalisation mais le dispositif pourrait apporter beaucoup au monde de la voiture. Un garagiste réalisant des contrôles techniques admettait que lors de ceux-ci, un grand nombre de données ayant pu s’avérer utiles n’étaient pas conservées. Seulement, quelques utilisateurs s’inquiètent, craignant une nouvelle façon d’obliger les automobilistes à se tourner vers des professionnels à chaque réparation du véhicule. Ils dénoncent une mort annoncée des réparations « à la maison », qu’ils considèrent plus qualitatives et moins chères. Impossible aujourd’hui d’en savoir plus sur ce sujet, il faudra attendre la proposition de loi finale pour savoir si elle représente effectivement une menace pour la réparation amateur.