En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Marché automobile français : toujours plus d’optimisme pour la fin d’année

Les constructeurs automobiles ont revu leurs prévisions à la hausse pour le marché en France. Les ventes de voitures neuves devraient s’établir à 5% contre 3% prévus initialement. Un bon signe pour les marques françaises.

marche auto france

Et si la prudence laissait la place à l’optimisme ? C’est en tout cas le sentiment laissé par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) qui a revu ses précisions à la hausse pour le marché en France. Ils estiment que le nombre d’immatriculations de voitures neuves sera en hausse de 5% à la fin de l’année, au lieu des 3% prévus il y a quelques mois.

Cette annonce fait suite à la publication des chiffres assez exceptionnels du mois d’août, où les ventes ont bondi de 40%. Cette estimation est donc supérieure aux résultats de l’année 2017 avec 2,11 millions de voitures neuves achetées soit une hausse de 4,7%. Le marché retrouverait donc sa vigueur d’avant crise en 2012.

Un léger ralentissement en fin d’année ?

Néanmoins, le CCFA table sur un ralentissement de ce dynamisme en fin d’année. En effet, les nouvelles normes environnementales à partir du 1er septembre ont poussé les constructeurs à revoir les prix de leurs modèles à la baisse. Les acheteurs se sont donc logiquement dépêchés de réaliser de bonnes affaires lors du mois d’août.

D’autant plus que d’ici la fin de l’année « un certain nombre de constructeurs, étrangers notamment, vont manquer d’offres, donc il y aura des ventes en moins a priori » détaille le président du CCFA Christiant Peugeot. Un phénomène qui devrait épargner les marques françaises comme Renault ou PSA, dont les productions accélèrent davantage en deuxième partie d’année.