En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

2020, le début de la fin pour le marché automobile ?

Malgré les chiffres très encourageants de cet été, le secteur automobile devrait enregistrer une baisse historique cette année, aussi bien en France que dans le monde.

Marché français automobile

En France, les ventes de voitures ont connu une chute libre pendant le confinement. Pour sauver le secteur, le gouvernement a mis en place un plan de soutien massif qui comprenait entre autres la revalorisation de la prime à la conversion. Celle-ci, adossée à un bonus écologique intéressant, a fait exploser les immatriculations en juin et juillet.

Cependant, malgré une hausse de +1,2% en juin et +4% en juillet, le bilan annuel est inquiétant. Au premier semestre, le marché enregistre une baisse de -40% ! Sur l’ensemble de 2020, les projections du cabinet de conseil C-Ways tablent sur un recul de -20% dans les colonnes de BFM Auto.

L’interdiction du diesel en France
Lire l'article

« Décroissance du taux de motorisation par habitant »

Plusieurs facteurs laissent croire que cet effondrement pourrait devenir structurel. Les indices laissés lors du confinement (télétravail, aspiration au calme, besoin d’économies, interdiction pure et simple) font dire à Eric Champarnaud, de C-Ways, que « le début de la décroissance du taux de motorisation par habitant » pourrait approcher.

Mais cette diminution importante n’est pas une exception française. En 2019 déjà, le marché mondial avait reculé de -4,5%. Selon les prévisions du cabinet LMC Automotive, les ventes de voitures neuves au niveau international devraient se contracter de -20%, donc la France se trouverait exactement dans cette moyenne. Quand on voit les difficultés de l’électrique et la fin des ventes de voitures thermiques en 2040, ce déclin de l’auto pourrait être précoce.