En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Vers une année exceptionnelle pour le marché auto français ?

Des projections annoncent près de 2,2 millions de voitures neuves vendues en France en 2018. Un chiffre exceptionnel confirmant la tendance observée sur les premiers mois de l’année. Du côté des constructeurs en revanche, on reste davantage prudent.

Voiture low cost

Est-ce le signe d’un renouveau du marché automobile français ? D’après les projections réalisées par le cabinet AAAData, cette tendance serait confirmée. Ainsi, 2,19 millions de véhicules neufs devraient être vendus en 2018, soit une hausse de 4% des immatriculations. Ce chiffre atteindrait un seuil qui n’a plus été atteint depuis la crise de 2012.

Les premiers mois de l’année ont d’ailleurs amorcé cet optimisme. Entre janvier et avril, les ventes de voitures ont représenté 744 238 immatriculations soit une progression de 4,4% par rapport à l’année dernière. Les concessionnaires français profitent de façon exceptionnelle de ce dynamisme du marché.

Un ralentissement au second semestre ?

Selon le journal Les Echos, cette embellie est expliquée par la prise de confiance des Français en ce début d’année, prêts à effectuer des « achats importants ». Le gouvernement influence également les futurs acheteurs avec la nouvelle version de la prime à la casse. 35 000 demandes ont d’ores et déjà été effectuées depuis janvier, ce qui dope la volonté d’investir dans un véhicule neuf.

Néanmoins, face à ces projections, les constructeurs automobiles sont plus sur la réserve. « Nous craignons un ralentissement au second semestre » a précisé François Roudier le président du CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles). A son image, Peugeot table davantage sur une progression de 2% des ventes en 2018, loin des 4% annoncés.