En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Autopartage : Renault va lancer son offre à Paris dès septembre

Afin de remplacer Autolib’, le constructeur automobile Renault et la mairie de Paris ont annoncé mercredi le lancement d’une offre d’autopartage dans la capitale dès le mois de septembre. Des véhicules électriques seront donc en libre-service mais sans stations dédiées.

Autopartage

Au revoir les Autolib ‘, bonjour Renault. En effet, à partir de la rentrée, une nouvelle offre de voitures électriques en libre-service va voir le jour à Paris. Proposés par Renault, 2 000 modèles devraient être opérationnels d’ici la fin de l’année 2019. Plusieurs modèles de la marque seront disponibles en fonction des besoins des usagers à l’image de son offre Mobility, mise en place il y a deux ans.

Cette nouvelle offre d’autopartage propose un changement majeur : il n’y aura pas de stations dédiées dans les rues de la capitale. Il sera possible de les utiliser et de les garer n’importe où, toute la gestion de cette location étant gérée par une application mobile. Une solution d’ores et déjà proposée à Madrid par la marque au losange avec le service Zity.

Pas de précisions sur les tarifs

Des opérateurs mandatés par le constructeur auront la charge d’assurer l’entretien et la maintenance des voitures électriques. « On les recharge la nuit, on les nettoie, on les répare au besoin pour qu’elles soient en parfait état le lendemain », a précisé Thierry Bolloré, directeur général adjoint du groupe Renault.

En revanche, aucune annonce n’a été faite sur les tarifs. « Nous présenterons des choses très concrètes au mois de septembre », a ajouté Thierry Bolloré. Une façon de ne pas donner trop d’informations à la concurrence et surtout au groupe PSA qui devrait lancer son service Free2Move Paris, d’ici la fin 2018. Par ailleurs, la maire de Paris Anne Hidalgo s’est réjouie de ce partenariat.