Les automobilistes conduisent moins grâce aux outils de mobilité connectés

Une étude révèle que les habitudes des citadins en matière de mobilité évoluent en même temps que l’apparition de nouveaux outils et applications. A Paris, les automobilistes sont 34% à déclarer conduire moins qu’il y a 6 mois.

Application auto

Une enquête Kantar TNS, pour le compte de l’Observatoire sur la Mobilité Mondiale du BIPE, s’est intéressée aux nouvelles habitudes de mobilité urbaine. Premier enseignement : sur le panel de 24 000 personnes interrogées dans le monde, 75% ont recours à des applications sur smartphone pour organiser leurs déplacements.

Des applications qui se développent pour aider la navigation des citadins, à la fois pour « limiter les coûts ou les encombrements liés aux trajets », précise Kantar TNS, ou encore faciliter la commande d’un taxi ou organiser un co-voiturage. « La technologie change radicalement la façon dont les gens appréhendent leurs déplacements en ville, explique Isabelle Rio-Lopes, Expert Mobilité Monde de Kantar TNS. Les constructeurs et les acteurs de la mobilité doivent tenir compte de ces changements et les anticiper. »

Progression du co-voiturage et de l’auto-partage

D’après Rémy Pothet, Partner au BIPE, « l’avènement des nouvelles technologies a permis une ouverture à de nouveaux services de mobilité ». Il indique qu’en Europe, « le recours au co-voiturage est passé de 22% à 29% entre 2013 et 2016, pendant que l’auto-partage progressait de 4% à 7% ».

Ainsi, plus d’un quart des personnes sondées (27%) affirment « conduire moins qu’ils ne le faisaient il y a six mois ». Concernant les grandes métropoles, ce chiffre est de 29% à Shanghai, 34% à Paris, 37% à Sao Paulo, 43% à Mumbai et 24% à New-York. L’étude montre également qu’1 personne sur 3 ne possédant pas de véhicule « considère le fait de détenir un véhicule comme une dépense et une contrainte, loin de l’image de succès précédemment attachée à la possession automobile ».