En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

La recherche dans l’industrie automobile plus importante que jamais

A l’aube du grand tournant technologique que représente le passage de la voiture à moteur thermique à l’auto électrique, une étude réalisée par AlixPartners met le doigt sur les coûts de la Recherche et du Développement  

La recherche dans le milieu de l'automobile - assurance auto

Concevoir une voiture propre qui permettra de se passer des moteurs thermique est le grand défi que les constructeurs automobile tentent de relever aujourd’hui. Mais le budget d’une telle recherche pourrait affaiblir plus encore la faible stabilité du marché de l’automobile.

Ces dernières années, les groupes américains et asiatiques ont doublé leur rentabilité, en Europe, on peine à atteindre les 50% de gain. Ce détail paraissant insignifiant a une importance cruciale alors que le marché automobile s’apprête à vivre une révolution. Pour qu’elle ait lieu, il faut investir dans la recherche et le développement afin de proposer au plus tôt les alternatives aux voitures utilisant des énergies fossiles, demandées depuis des années.

Dans ce domaine, c’est Jaguar Land Rover qui annonçait en Juin créer plus de 5 000 emplois qui remporte la palme du constructeur investissant le plus dans la R&D. En 2016, le groupe dépensant 7,31€ par véhicule pour développer de nouveaux modèles. Un chiffre qui peut paraître faible mais à remettre en perspective avec les frais engagés par ses concurrents. Mercedes-Benz, deuxième du classement investit 4,75€ par véhicule quand Suzuki ne consacre que 0.91€ à la recherche.

De grosses dépenses à l’heure des réductions d’effectif

Le groupe français PSA (Citroën, Peugeot, DS…) , lui, est au bas du classement et ne dépense que 1,17€ par véhicule pour la recherche et le développement. L’étude démontre aussi que pour construire 1 000 voitures, PSA est le groupe qui mobilise le moins d’employés : seulement 30 quand Jaguar Land-Rover emploie 73 personnes. Les pressions salariales et économiques du groupe le mettent dans une position délicate alors que tous ses concurrents se mettent en quête du véhicule propre de demain. En effet, à l’aube du tournant technologique attendu pour 2020, PSA aurait tout intérêt à investir dans la recherche pour se positionner comme un acteur important de la voiture du futur.