Véhicules électriques : Tesla se lance dans l’assurance !


Ayant d’abord profité aux Californiens, cœur de cible du constructeur de véhicules électriques américain Tesla, l’assurance auto dédiée à ses modèles a également été lancée au Texas. La « Tesla Insurance » promet de belles économies en exploitant le « Safety Score », un système de note qui s’appuie sur les habitudes de conduite des propriétaires de Tesla, dont les détails sont recueillis grâce à la technologie embarquée dans ces autos électriques.

Des économies sur son assurance auto électrique en veillant à son style de conduite

Tesla valorise ses bons conducteurs

Tesla assurance bons conducteurs

Tesla serait-il en passe de modifier radicalement le comportement des automobilistes ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser suite au lancement de son assurance au Texas, le 15 octobre dernier. Véhicules ultra-connectés, les Tesla sont des bijoux de technologie : pilotage automatique, longue autonomie, connexion Wifi… Si la marque doit sa renommée à ses modèles au design épuré, sa technologie embarquée y est aussi pour quelque chose !

C’est à l’aune de ce savoir-faire que le constructeur américain lance son assurance basée sur la conduite des propriétaires de Tesla. Elle met à profit les statistiques de conduite obtenues grâce à la technologie des véhicules pour dresser un profil et attribuer une note à chaque conducteur. 

C’est sur ses notes que se base le prix de l’assurance. Si la note de base est de 90, celle-ci peut rapidement descendre en fonction des incartades commises sur la route. Ainsi, les excès de vitesse dans les virages, un fort freinage ou encore le non-respect des distances de sécurité ont désormais une réelle incidence sur les tarifs de l’assurance auto en question. La note, dont le maximum est de 100, peut donc vous faire réaliser des économies substantielles.

Pour exemple, un conducteur avec une note de 100/100 fera une économie de 30 euros (environ 35 dollars) comparativement à celui dont la note sera dans la moyenne, à savoir 90. 

La souplesse de conduite ne constitue évidemment pas le seul critère sur lequel se base l’assureur pour facturer votre protection et celle du véhicule en question. Vous devrez également fournir le modèle du véhicule ou encore la distance parcourue chaque année.

Si certains peuvent y avoir une forme de « discrimination » et même d’intrusion dans leur vie privée, précisons que Tesla ne se montre pas regardant sur le « profil d’assuré » et ne fait pas allusion à un quelconque système de bonus-malus pouvant être à la défaveur du conducteur. L’âge n’est également pas pris en compte dans le calcul de l’assurance ; de quoi éveiller l’intérêt des plus jeunes conducteurs pour cette assurance, souvent pointés du doigt pour un hypothétique manque d’expérience au volant. 

Enfin, l’assuré auprès de Tesla n’aura pas à débourser le moindre euro dans la mesure où les instruments de mesure sont compris dans le véhicule électrique, alors que d’autres marques proposant une assurance basée sur le comportement du conducteur sur la route demandent l’installation d’un boîtier connecté

Malheureusement pour nos conducteurs exemplaires, le lancement d’une telle assurance ne pourra pas se faire en Europe avant un certain temps, dans la mesure où Tesla ne peut pas (encore) proposer son assurance chez nous. Celle-ci est en expérimentation dans l’État du Texas, aux États-Unis.

Une bonne idée mais pas une nouveauté

Bien qu’il ne s’agisse pas encore d’un modèle d’assurance très répandu, Tesla met en lumière cette manière rétributive de s’assurer. Cela étant, le constructeur, et désormais assureur, n’est pas le premier à la proposer. En effet, l’assureur Aviva (faisant partie des leaders de l’assurance avec Axa et Allianz notamment) a lancé en 2018 l’application Aviva Drive, laquelle récompense la conduite prudente de ses automobilistes en réduisant leur prime.

Alors que l’idée d’une écoconduite récompensée semble séduire les acteurs du secteur, elle pose par ailleurs la question de notre « autonomie » en termes de conduite. Un excès de prudence commis en roulant bien en dessous des limitations de vitesse peut être plus dangereux qu’un automobiliste ne pouvant pas respecter de distances de sécurité avec un autre véhicule dans certaines situations. 

Les algorithmes devront être savamment développés pour ne pas pénaliser des conducteurs dont la conduite peut être considérée comme étant non conforme à leurs critères. 

L’assurance pour véhicules électriques en France : où en est-on ?

L’assurance d’un véhicule électrique est-elle plus chère que celle d’un véhicule thermique ?

Assurance véhicules électriques France

Non, pas vraiment ! Contrairement à ce que l’on pourrait penser au vu du coût de ce type de véhicules, l’assurance pour voiture électrique vaut celle des véhicules thermiques puisque les assureurs considèrent qu’ils sont : 

  • Bien moins polluants ;
  • Moins sujets à des accidents car ils parcourent une distance moindre que les véhicules thermiques.

Certains assureurs vont même jusqu’à récompenser les véhicules à faibles émissions de CO2 (inférieures à 120g/km) par des chèques compris entre 50 et 100 euros ! Autre donnée intéressante à prendre en compte : les garanties auto proposées par les assureurs sont en grande partie les mêmes. 

On retrouve donc les assurances au tiers, les garanties vol et incendie ainsi que la célèbre « tous risques ». D’ailleurs, nous ne pouvons que vous recommander d’opter pour cette dernière tant le prix d’un véhicule électrique peut vite grimper. Les assurances pour autos électriques proposent une garantie assistance qui, comme son nom l’indique, vous vient en aide en cas de panne électrique à l’arrêt (batterie déchargée ou défectueuse).

La prime annuelle pour un véhicule électrique est comprise entre 400 euros 600 euros, en fonction du modèle assuré. Mais attention toutefois : ladite prime peut vite exploser pour un véhicule électrique (en comparaison de sa version à essence) en fonction des règles de l’assureur et du véhicule assuré. En effet, il n’est pas rare qu’une formule « au tiers » soit plus onéreuse qu’une formule « tous risques »… Le mieux reste donc de comparer les prix et de multiplier les devis d’assurance auto pour être sûr de payer le bon prix. 

Entre 2 000 et 3 000 dollars : c’est le coût moyen de l’assurance dont s’acquittent les conducteurs d’une Tesla, en fonction du modèle. En France, la prime moyenne est de 1 366 euros et peut atteindre un plafond à plus de 3 300 euros ! (chiffres 2020)

Astuce Malynx !

Assurez votre véhicule en bénéficiant des meilleurs tarifs grâce au comparateur auto LeLynx.fr ! Réalisez des économies pouvant atteindre les 325 euros pour votre véhicule Tesla !

La montée en puissance des véhicules électriques

Chiffres véhicules électriques

Quelques chiffres qui témoignent de l’envolée des voitures électriques : 

En septembre 2021, ce ne sont pas moins de 18 148 véhicules électriques supplémentaires qui ont été mis en circulation en France. Ce total passe à plus de 115 000 si l’on considère la période janvier-septembre 2021.

La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) a fixé le cap de 660 000 véhicules électriques en circulation pour 2023 alors qu’un objectif de 2 000 000 de véhicules électriques produits a été annoncé par Emmanuel Macron durant la présentation de son plan d’investissement « France 2030 ». Enfin, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a évoqué le nombre de 100 000 bornes de recharge électrique d’ici à la fin de l’année. 

Avec de tels chiffres, nul doute que certains assureurs, dont Tesla fait désormais partie, seraient bien inspirés d’adapter leurs offres d’assurance aux innovations technologiques dont profitent aujourd’hui les véhicules électriques.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?