En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Rétrofit : la France va ouvrir la voie à l’autorisation

Le projet de loi qui vise à rendre possible la conversion des voitures thermiques en voitures électriques (rétrofit) va être examiné par l’Union européenne.

voiture électrique

C’est l’aboutissement d’une longue lutte pour l’AIRe, l’association des acteurs de l’industrie du rétrofit électrique. « Dans trois mois, le rétrofit électrique sera autorisé en France et nous pourrons enfin enlever les moteurs essence et diesel de scooters, motos, voitures particulières, utilitaires, camionnettes, camions, bus… Bref, tout ce qui roule, qui a plus de cinq ans et n’est pas carte grise collection », s’est réjouie l’AIRe.

Le rétrofit n’était pas interdit en France, cependant il était rendu impossible par la législation trop pesante. Un projet de loi a donc été conçu par plusieurs députés, qui y ont vu un véritable intérêt écologique : « Le rétrofit contribue donc à éviter la destruction des voitures polluantes en parfait état de marche et la création de nouvelles voitures électriques. Cette double opération constitue en effet un énorme gâchis écologique ».

La Commission européenne aura le dernier mot

Le projet de loi a été transmis à la Commission européenne qui l’examinera avant de le renvoyer à Paris. Son retour est prévu pour février, voire avant, et il devra être adopté par l’Assemblée nationale. Pour rappel, plusieurs pays européens autorisent déjà le rétrofit : l’Allemagne et l’Angleterre, par exemple.

Toute la problématique, maintenant, réside dans le modèle économique de ce business. Le prix du rétrofit est encore trop élevé pour être intéressant pour les particuliers, qui préféreront investir dans une voiture électrique, en bénéficiant en plus de la prime à la conversion. Pour l’AIRe, il faudra convaincre le gouvernement de mettre la main à la poche.