Rétrofit électrique : est-ce une bonne solution face aux enjeux environnementaux ?

Dans une étude publiée mercredi dernier, l’Agence de la transition écologique (Ademe) a tenté de juger l’impact du développement du rétrofit électrique en France. La solution est jugée « pertinente » face aux enjeux environnementaux mais des efforts sont encore à fournir.

« Le rétrofit électrique est une solution pertinente pour répondre aux enjeux de qualité de l’air et climatique en limitant les émissions de gaz à effet de serre ou de polluants », atteste l’Ademe dans une étude publiée mercredi dernier. L’organisme voulait ici estimer la répercussion de cette nouvelle opportunité pour les automobilistes, de convertir un véhicule thermique à l’électrique.

Cette solution permettrait notamment de réduire de 66% les émissions de CO2 d’une citadine, après conversion, par rapport à un modèle diesel classique et de 47% par rapport à l’achat d’une voiture électrique neuve. Pour un véhicule lourd, cette conversion permettrait une réduction d’émissions de 87% par rapport au diesel et de 37% par rapport à un modèle neuf électrique.

« Sensibiliser les potentiels clients »

« En analysant les coûts complets du rétrofit sur les différents segments de marché, l’étude montre que la pertinence économique du rétrofit est meilleure pour les véhicules lourds, notamment les autobus, que pour les citadines », précise ainsi l’Ademe. Sur le segment des citadines, la conversion coûterait alors aussi cher que l’achat d’un modèle électrique neuf.

Cependant, l’Agence prône le développement de la filière et propose quelques recommandations au gouvernement. Elle souhaite notamment « modifier certains textes réglementaires pour soutenir l’accès au marché des acteurs », « créer une filière industrielle du rétrofit robuste par la mise en réseau des acteurs » et surtout « sensibiliser les potentiels clients » sur ses bénéfices environnementaux.

Rétrofit : le bonus écolo ouvert aux voitures converties ?
Lire l'article