L’écart de prix entre les voitures thermiques et électriques pourrait bientôt se réduire

Si les autos électriques coûtent plus cher à l’achat que les essence ou les diesel, l’écart pourrait se réduire d’ici 2024, notamment grâce à la baisse du prix des batteries.

D’ici quelques années, l’écart de coût entre les voitures thermiques et les voitures électriques pourrait considérablement se réduire. C’est ce que prédit AlixPartners – selon une information rapportée par Les Echos – et ce à une échéance proche : d’ici 2024. Pour l’expliquer, le cabinet de consultants invoque le prix des batteries des voitures électriques, qui devrait baisser et passer sous le seuil des 100 dollars le kilowattheure.

« A ce niveau, le surcoût observé sur les voitures électriques par rapport à leurs équivalents essence ou diesel va disparaître », explique Georgeric Legros de chez AlixPartners France. Les batteries représentent environ un tiers de la valeur ajoutée des voitures électriques. A noter que leur prix ont déjà commencé à diminuer, grâce aux progrès techniques. Ils sont ainsi passés de 1 000 dollars/kWh en 2010 à 140 dollars environ en 2018.

Vers un essor du marché de l’électrique ?

Et la tendance devrait se poursuivre avec l’utilisation de nouveaux composants chimiques. « Les performances énergétiques des batteries Lithium-Ion doivent être améliorées de 15 % à 50 % dans les cinq prochaines années », explique-t-on chez AlixPartners.

Reste à savoir si le marché des voitures neuves électriques, qui ne représentait que 2,2% des ventes dans le monde en 2018, va bel et bien décoller. Pour le cabinet de consultants, si les coûts des batteries diminuent et que les constructeurs sont soumis à davantage de contraintes réglementaires, les ventes pourraient représenter 13% du marché mondial en 2015 et 26% en 2030.