En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Le constructeur Bugatti passera-t-il sous pavillon croate ?

Toujours rattachée au groupe allemand Volkswagen, la marque automobile française Bugatti est au cœur de négociations. Elle pourrait bientôt être cédée au constructeur croate de voitures électriques Rimac.

bugatti veyron sportive

Crédit : Bugatti

C’est un fleuron de l’automobile française qui pourrait bientôt être vendu comme un tapis oriental. La marque haut de gamme Bugatti est en effet en passe d’être abandonnée par le groupe Volkswagen. Selon les informations du journal anglais Car Magazine, la direction allemande aurait déjà accepté la transaction et n’attend plus que la validation de son conseil de surveillance.

Pourquoi une telle décision ? Comme nous vous le disions récemment, le dieselgate a affaibli Volkswagen et une affaire de moteurs trafiqués chez Porsche s’ajoute au scandale. Se désengager d’une production coûteuse comme celle de Bugatti et faire au passage une bonne vente serait bénéfique pour le groupe. Les noms de Bentley, Ducati ou encore Lamborghini étaient aussi évoqués dans cette braderie des marques.

Voitures de stars : les 10 plus beaux bolides des people
Lire l'article

Bientôt une Bugatti Chiron électrique ?

La vente de Bugatti se ferait au profit d’un nouvel acteur détonnant du marché de l’électrique : Rimac. Ce constructeur croate est détenu en majorité par son fondateur Mate Rimac, mais aussi par Porsche (15,5%) et d’autres marques telles que Jaguar, Hyundai, Kia et Koenigsegg. L’intérêt pour les Croates est de faire main basse sur une marque de prestige rentable et de profiter de son site de production, qu’ils mettraient au service de leur hypercar électrique, la C_Two.

Selon Car Magazine, Volkswagen aurait une exigence en échange de cette vente. Il faudrait que Rimac accepte que Porsche grimpe à 49% de parts dans son groupe. Son fondateur resterait majoritaire à 51%. Pour Bugatti, enfin, c’est une aubaine pour amorcer sa transition vers l’électrique voulue depuis plusieurs années maintenant. Tim Bravo, directeur de la communication de Bugatti, a pour sa part qualifié ces tractations de « rumeurs ».