Voiture électrique : l’alliance de Renault et Nissan à 23 milliards d’euros

Jean-Dominique Senard, président de l’alliance entre les trois marques auto, Renault, Nissan et Mitsubishi, vient de dévoiler les projets communs du groupe. Suite aux troubles semés par l’affaire Carlos Ghosn entre 2018 et 2019, les constructeurs ont pris leur temps pour collaborer, mais ont décidé d’appuyer sur l’accélérateur en ce qui concerne la voiture électrique !

electric car

C’est un projet sur cinq ans dans lequel Renault, Nissan et Mitsubishi ont prévu d’investir la coquette somme de 23 milliards d’euros. L’objectif : une gamme de voitures électriques complète d’ici 2026. Mais, comment les trois constructeurs auto, ayant pourtant des visions différentes sur la place des moteurs thermiques et des voitures hybrides, sont-ils parvenus à se mettre d’accord ?

Des plateformes communes et l’installation de CMF-BEV

Grâce à des plateformes d’assemblage mises en commun, les trois marques prévoient d’assurer la sortie de 35 nouveaux modèles électriques en 2030 !

90 % de ces voitures seraient assemblées sur 5 plateformes communes !

Une condition toutefois pour que ces objectifs soient réalisés en temps et en heure : l’installation de la plateforme CMF-BEV par Renault d’ici 2024 pour permettre le lancement de voitures sur le segment B (c’est-à-dire des automobiles citadines ou polyvalentes), dont dépend le constructeur.

À titre d’exemple, des modèles « compacts » à un prix 33 % moins cher que les véhicules électriques sur le marché actuellement, sont attendus.

« Des batteries à l’état solide »

Sur la liste des priorités de l’Alliance, comme l’appellent eux-mêmes les trois groupes, figure aussi la question des batteries. C’est ici le rôle de Nissan, en collaboration avec Envision-AESC, de participer au développement de nouvelles batteries plus performantes. Makoto Uchida, directeur de Nissan, a ainsi souligné que le groupe travaillait avant tout sur les « batteries à l’état solide ».

Les caractéristiques idéales de ces batteries neuves sont les suivantes selon Nissan :

  • Un coût réduit de 50 % d’ici 2026 ;
  • Une densité énergétique deux fois plus importante d’ici 2028.