En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Plus d’1 Français sur 3 envisage d’acheter une voiture électrique

35% des Français se montrent intéressés par l’achat d’une voiture électrique, d’après une étude récente. Un engouement toutefois freiné par la comparaison avec les automobiles standards.

voiture electrique

35% des Français envisagent l’acquisition d’une voiture électrique. C’est ce qui ressort du baromètre Ipsos sur « Les Français et la mobilité électrique » pour l’Avere-France et Mobivia, mené à l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité du 16 au 22 septembre.

D’après les chiffres de l’étude, les Français se montrent favorables à ce type de véhicule :

  • Les ¾ se disent prêts à changer leurs habitudes de mobilité pour contribuer à améliorer la qualité de l’air ;
  • 39% d’entre eux considèrent que la voiture électrique répond à leur besoin quotidien de mobilité :
  • Chez ceux qui ont déjà essayé un véhicule électrique, l’intention d’achat concerne plus d’1 personne sur 2.

La clientèle la plus séduite par les voitures électriques est celle des jeunes. 46% des 18-24 ans déclarent leur intention d’en acheter une.

Un frein : la comparaison avec les voitures thermiques

Toutefois, « malgré une prise de conscience environnementale et un réel intérêt pour la voiture électrique », l’enthousiasme des Français demeure freiné par la comparaison avec les voitures thermiques. Ainsi, les sondés se tourneraient vers l’électrique si :

  • Le coût d’achat était le même que pour un véhicule thermique (67%) ;
  • L’autonomie du véhicule allait jusqu’à 500 km (60%) ;
  • Il était possible de recharger le véhicule facilement chez soi ou à proximité (57%).

Comme l’explique l’étude, pour séduire les Français, la communication autour des voitures électriques devra notamment se développer autour de 2 axes : les solutions de recharge déjà présentes sur le territoire et les dispositifs d’aides publiques à l’achat mis en place au niveau national ou local.