En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto : l’électrique revient moins cher que l’essence à l’usage

A l’usage, les voitures électriques coûteraient moins cher que les essence ou les diesel, d’après une étude UFC-Que Choisir. Les dépenses en carburant plus faibles et l’entretien réduit jouent un rôle important.

Voiture hybride

A l’usage, une voiture électrique coûterait moins cher qu’une voiture thermique : c’est le constat dressé par UFC-Que Choisir. Dans une étude publiée mercredi 10 octobre, l’association explique que « le coût total d’un véhicule électrique est plus faible que celui d’un diesel (CTP* inférieur de 3%) ou d’une essence (5%) dès 4 ans de possession ».

Une différence qui s’explique notamment par un budget énergie réduit : il faut compter en moyenne 188€ par an pour un véhicule électrique, contre 1 181€ pour les diesel et 1 461€ pour les essence, d’après le rapport. Autre facteur important, l’entretien réduit des voitures électriques. « Un moteur électrique n’a pas besoin d’huile, ni de filtres ou encore moins d’une boîte de vitesses ou d’un embrayage », rappelle UFC-Que Choisir.

* CTP : coût total de possession

Fiscalité avantageuse

L’étude accorde toutefois que si l’électrique revient moins cher que le thermique, c’est aussi grâce à un régime fiscal avantageux. Ces voitures bénéficient en effet d’une prime écologique de 6 000€ à l’achat et d’une fiscalité nulle sur le carburant, à savoir l’électricité. Le contraste est donc important avec les taxes lourdes qui pèsent sur l’essence et le diesel.

Pour autant, les ventes de voitures électriques peinent à prendre leur essor en France, avec moins de 2% de part de marché. Parmi les freins évoqués, on trouve notamment une offre de véhicules encore trop limitée et une durée de vie trop courte des batteries.