En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La voiture électrique gagne du terrain dans les départements

La Haute-Savoie et les Yvelines sont les plus gros acheteurs de véhicules électriques, tandis que la Creuse et la Seine-Saint-Denis, parmi les départements les moins aisés, se partagent les derniers rangs.

L’automobile français poursuit sa mue électrique, soutenu par la prime à la conversion présentée récemment par Bercy. Cependant, la progression de la voiture hybride et/ou électrique est inégale dans l’Hexagone. C’est ce que montre une étude d’AAA Data.

Parmi les meilleurs élèves, on retrouve la Haute-Savoie, qui compte 24 véhicules de ce type pour 10.000 habitants. Un ratio particulièrement élevé qui s’explique en partie par la richesse du département (16e sur 96 selon l’Insee) et par la pose active de bornes de recharge en 2017. Les Yvelines (4e en richesse) caracolent à la 2e place, avec 21 véhicules pour 10.000 habitants.

Une belle marge de progrès

Le classement pointe du doigt la lanterne rouge, la Seine-Saint-Denis, avec seulement 4 véhicules propres pour 10.000 habitants, derrière la Creuse et la Haute-Corse (7), à égalité. Des territoires qui se démarquent par leur pauvreté.

Mais l’argent ne fait pas tout, puisque la Bretagne et l’Île-de-France, régions riches, piétinent dans la transition électrique. A l’instar de la France, pays parmi les plus riches de l’UE, mais dont la conversion à l’automobile propre est assez faible. Le manque d’encouragement étatique a été souligné par un rapport de Lease Plan, début 2019. En termes de « maturité du marché », la France est 12e sur 22.