En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Malus écologique : un tiers des voitures neuves touché en février 2020

Selon les données AAA Data, 36% des véhicules neufs immatriculés en février 2020 ont été sanctionnés par un malus écologique. Logiquement, le changement de réglementation au 1er mars a dopé ce chiffre.

Le budget automobile des acheteurs Français a été revu à la hausse depuis le début de l’année. Le mois de février ne fait pas exception puisque plus d’un tiers (36%) des voitures neuves immatriculées a été touché par le malus écologique, soit environ 38 000 véhicules. 59 000 acheteurs sont ici concernés.

En janvier, la tendance était moins marquée même si 28,4% des voitures neuves immatriculées avaient écopé d’une pénalité. Pour autant, la part de véhicules électriques était sensiblement en hausse sur le premier mois de l’année, d’où une croissance exceptionnelle des bonus écologiques accordés aux acheteurs.

Bonus-malus écologique : le barème officiel
Lire l'article

Un malus bien plus élevé dès le 1er mars

Dans le détail, les véhicules hybrides représentaient alors 20% des ventes en janvier et 10,6% en février. Du côté des voitures électriques, les chiffres sont passés de 8,2% à 6%. Les acheteurs ont donc privilégié des véhicules davantage polluants et donc plus sujets aux malus en février.

D’autre part, le changement de réglementation WLTP sur les émissions de CO2 des véhicules au 1er mars a fortement impacté les décisions d’achat. En effet, les Français ont préféré anticiper leur investissement afin d’éviter un malus plus élevé, du fait de restrictions bien plus strictes sur la nouvelle grille après cette date.