En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : finalement, un malus écologique moins sévère que prévu en 2021

Le gouvernement a révélé vendredi le barème du malus écologique, finalement moins sévère que prévu, notamment grâce à l’amendement sur la mise en place du malus au poids.

Bonus malus automobile

Quelques heures auparavant, le journal Les Echos avait annoncé qu’un amendement au projet de loi de finances 2021 veut instaurer un malus écologique selon le poids des véhicules. Cette taxe toucherait tous les modèles pesant plus de 1 800kg. En contrepartie, le gouvernement a donc décidé de rendre le barème du malus écologique moins sévère.

En 2021, le gouvernement souhaitait abaisser le seuil de déclenchement du malus C02 de 138 grammes par kilomètre (g/km) à 131 g/km avec une taxe passant de 20 000€ à 40 000€. Ce seuil devait passer ensuite à 123 g/km en 2022, pour un montant maximal de 50 000€. Désormais, ces évolutions vont être lissées sur 3 ans, avec des seuils dégressifs de 5 g/km par an.

« Seuls 30% des véhicules neufs » concernés ?

Dans ce sens, les nouveaux seuils de déclenchement du malus écologique pour les automobilistes seront donc de :

  • 133 g/km avec une taxe maximale de 30 000€, en 2021 ;
  • 128 g/km avec une taxe maximale de 40 000€, en 2022 ;
  • 123 g/km avec une taxe maximale de 50 000€, en 2023 ;

Selon la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, « avec ce nouveau barème, en 2021, seuls 30% des véhicules neufs seront malussés ». Le but est surtout d’éviter une hausse de la taxation trop importante. Nul doute que les discussions risquent d’être agitées dans les prochaines semaines, même si les députés ont d’ores et déjà voté ce nouveau barème.