En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Et si le bonus/malus écologique était calculé selon le poids de votre auto ?

Alors que le système du bonus-malus écologique est aujourd’hui calculé en fonction des émissions de CO2 d’une automobile, France Stratégie réfléchit à l’indexer également sur le poids des véhicules.

Voiture écologique

« Réduire « enfin » les émissions de CO2 des voitures nécessite de réorienter le marché vers des voitures plus légères ». C’est l’idée principale de France Stratégie, organisme d’étude rattaché au Premier ministre, qui souhaite indexer le bonus/malus écologique sur le poids des véhicules à l’image des émissions de CO2 aujourd’hui.

Cette mesure trouve son inspiration en Norvège où ce système est d’ores et déjà mis en place depuis plusieurs années. Selon un exemple donné par BFMTV, pour une Audi Q7 de plus de 2 tonnes, la taxe est de 20 000€ alors qu’à l’inverse, une Smart pesant un peu moins d’une tonne n’est soumise qu’à une taxe de 1 000€.

Une mesure écologique et sociale

France Stratégie soutient cette idée car elle aurait 2 objectifs communs. Bien évidemment, elle permettrait de favoriser l’achat de véhicules plus propres comme des voitures hybrides ou électriques. Cependant, l’organisme préconise la mise en place d’une norme afin de produire ces véhicules avec de l’électricité décarbonée.

D’autre part, France Stratégie justifie ce bonus/malus écologique indexé sur le poids des véhicules comme « socialement plus équitable car il réduirait la fiscalité des véhicules plus légers et les plus sobres ». Dans ce sens, la plupart des malus concerneraient les plus grosses voitures (même électriques) « achetés par les ménages les plus aisés », détaille l’organisme.