En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Occasion : le diesel en perte de vitesse depuis 4 ans

Les chiffres des ventes de voitures d’occasion depuis le début de l’année 2017 sont bons… Sauf pour les voitures diesel qui perdent du terrain.

diesel

Est-ce la perspective d’un bonus environnemental réévalué qui a retenu les acheteurs de se tourner vers l’achat de diesel d’occasion ? Impossible de le dire mais selon une étude menée par AAA-Data de janvier à août 2017, les ventes sont en baisse de 0,15% par rapport à la même période en 2016.

Le constructeur le plus touché est Renault. En effet, il a réalisé 5% de ventes en moins en un an. Citroën doit, quant à lui, accuser une baisse des ventes de 0,18% alors que d’autres constructeurs parviennent à limiter la casse. La majeure partie des acteurs du domaine parviennent même à augmenter légèrement leurs ventes, c’est le cas de Mercedes (+5,85%) et de BMW (+2,78%). Seulement, ces progressions interviennent dans un climat où le diesel est en perte de vitesse depuis quelques années.

Le diesel, mal aimé des acheteurs d’occasion ?

Si le marché de la voiture d’occasion se porte bien, on ne peut pas en dire autant en ce qui concerne les voitures diesel qui le composent. En 4 ans, le diesel a perdu 3 points de part de marché sur les autres motorisations, passant de 68% à 65%.

« Comme pour l’achat de véhicules neufs, les consommateurs se détournent de plus en plus du diesel en raison de la hausse de la fiscalité sur le gazole qui le rend de moins en moins attractif sur de courts trajets.» Explique Marie-Laure Nivot, responsable intelligence marchés chez AAA-Data. « À cela s’ajoutent, la prise de conscience environnementale et la peur des interdictions de circulation prises par les grandes villes comme Paris.»