En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Voitures d’occasion : les Français boycottent de plus en plus le diesel

Selon le baromètre du site AutoScout24, les ventes de voitures diesel d’occasion sont une nouvelle fois en chute au premier semestre 2018. Le manque d’offre sur des voitures récentes et la peur des restrictions de circulations en sont les principales explications.

diesel-sondage

Essence ou diesel ? La question semble enfin avoir trouvé une réponse tranchée. La tendance observée en 2017 se confirme, les acheteurs de véhicules d’occasion ne choisissent plus le diesel. Ainsi, au premier semestre 2018, les ventes de ce type d’autos ont baissé de 5,4%. Pour autant, même si sa part baisse, le diesel représente 69% des reventes.

Pour autant, les acheteurs sont surtout à la recherche des voitures diesel d’occasion récentes. Mais l’offre est très limitée sur ces véhicules, d’où le basculement de la demande sur les essences, dont l’offre est également pauvre aujourd’hui.

« Ils s’adaptent à ce qui est disponible »

« Lorsque les consommateurs s’adressent au marché de l’occasion, ils s’adaptent à ce qui est disponible », précise au journal Les Echos Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24. Mais les diesels âgés ne trouvent pas preneur du fait de la multiplication des restrictions de circulations dans certaines agglomérations.

Néanmoins, cette tendance provoque un avantage non négligeable lors de l’achat : la baisse du prix des automobiles diesel. Pour le moment, les montants attractifs ne semblent pas arrêter le désamour des Français pour le diesel, alors que le gouvernement souhaite la fin de la vente des voitures essence et diesel d’ici 2040.