Automobile : les Français restent attachés aux véhicules diesels

Une étude Harris Interactive pour le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) montre qu’une majorité de Français est encore fidèle au diesel, quand le gouvernement souhaite justement réduire cette motorisation dans le parc automobile.

diesel

Le gouvernement souhaite réduire considérablement la part du diesel, mais les Français ne semblent pas être du même avis. Selon un sondage Harris Interactive pour le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) révélé mardi 25 mai par Le Parisien, 71% des personnes interrogées jugent que la suppression des voitures diesels dans les agglomérations est une mesure excessive. 45% d’entre eux se disent même opposés à cette suppression.

Une majorité de Français (58%) pense par ailleurs que l’interdiction du diesel en ville est avant tout motivée par des intérêts économiques. Or, beaucoup d’entre eux ne peuvent pas se séparer de leur voiture diesel pour des questions financières. Ainsi, 64% des sondés n’envisagent pas d’acheter une voiture électrique dans les 5 ans et 67% trouvent ces véhicules trop chers.

Plus de pédagogie ?

Autre sujet problématique : le manque d’informations concernant la réduction du parc diesel et l’augmentation des mobilités propres. Selon le sondage, 47% des Français estiment être mal renseignés sur les mesures mises en place pour le renouvellement du parc (bonus écologique, prime à la conversion etc.). Ils sont par ailleurs 60% à ignorer le fait que plusieurs zones basculeront prochainement en ZFE (zone à faible émission).

Pour Xavier Horent, le délégué général du CNPA, une transition écologique réussie pour le secteur automobile doit passer par « un calendrier réaliste, davantage de pédagogie dans la communication et des aides à la hauteur des ambitions ». Sur ce dernier point justement, les Français qui souhaiteraient changer de véhicule ont tout intérêt à faire vite, car le bonus écologique va être réduit de 1 000€ au 1er juillet.