En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Vers un durcissement des plafonds d’émissions de CO2 ?

Selon l’AFP, l’Union européenne envisage de durcir les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre prévus pour 2030. Une mesure qui impacterait les constructeurs automobiles.

Les condstructeurs français et leurs diesel polluant

Plusieurs sources indiquent que la Commission européenne prévoit des modifications du plan de réduction des émissions de CO2 imposé aux constructeurs et aux automobilistes. Jusqu’alors, il est prévu de diminuer de -40% ces émissions par rapport à 1990. Selon les dernières informations de l’AFP, relayées par le site Turbo, on passerait à -50% voire même -55%.

Si cette décision est validée dans les jours à venir, cela devrait bouleverser l’économie du secteur automobile. En effet, les constructeurs travaillent depuis des mois pour se convertir le plus possible à l’électrique et aux formes de carburants dits non-fossiles, dans le but de respecter les normes européennes en matière d’émissions. Ce rush vers l’électrique constitue des dépenses colossales d’un point de vue production, sans parler de la difficulté des ventes et l’absence de points de recharge.

L’interdiction du diesel en France
Lire l'article

340 000 emplois menacés dans le secteur

Pour rappel, la France prévoit d’interdire la vente de voitures essence ou diesel en 2040, conformément à la loi Mobilité. La réduction des émissions va donc dans le sens de cette fin annoncée. Cependant, les exigences européennes trop rapides pourraient causer des graves soucis économiques. Le syndicat Force Ouvrière estime que 340 000 emplois seraient « sous la menace d’une casse sociale sans précédent en France ».

Le site Turbo pointe du doigt certains autres problèmes, comme l’impréparation des automobilistes à ces changements. « Un tel durcissement impliquerait un changement des objectifs personnels des constructeurs dès l’année prochaine, alors que certains sont déjà en retard », observe Caradisiac. La décision de la Commission européenne pourrait être motivée par une pétition de 150 entreprises (Google, EDF, Apple…) qui demandent la réduction des émissions de gaz à effet de serre.