En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Le diesel pourrait ne représenter que 5% des ventes de voitures en 2030

L’avenir des véhicules diesel est-il compromis ? D’après une étude récente, leurs ventes pourraient dégringoler pour ne représenter plus que 5% de part de marché d’ici 2030.

 

voitures

Les ventes de voitures neuves diesel pourraient chuter drastiquement dans un futur proche. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude du cabinet de conseil AlixPartners : selon leurs projections, la part de marché du diesel en Europe devrait atteindre les 25% en 2020 et même chuter à 5% en 2030. En France, cette proportion pourrait même être encore plus basse, à 4%.

Une dégringolade qui a d’ailleurs déjà montré des premiers signes ces dernières années. En effet, en 2015, avant l’affaire du dieselgate, les voitures au gazole captaient 52% de part de marché en France. Trois ans plus tard, en 2018, ce chiffre ne dépasse pas la barre des 40%.

Un problème environnemental

La chute des voitures diesel n’est pas sans conséquence pour les constructeurs automobiles. En effet, les voitures diesel relâchent moins de CO2 que les voitures essence. Avec leur disparition progressive, les constructeurs pourraient donc se voir infliger des sanctions pour non-respect des nouvelles normes prévues en 2021, qui prévoient de ramener les émissions de CO2 à 95g/km.

Si les voitures électriques constituent des solutions à long terme pour réduire les émissions de CO2, elles sont encore loin d’être répandues et ne représentent que 2% des ventes actuellement. Il faudra donc trouver des solutions avant qu’elles ne prennent pleinement leur essor.