En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

1 200 taxis attaquent Uber pour concurrence déloyale

Un collectif de chauffeurs de taxis, aidé de deux syndicats professionnels, ont assigné Uber devant le tribunal de commerce de Paris. Ils réclament 180 millions d’euros.

Taxi Parisien

En mars 2020, la Cour de Cassation avait requalifié en salariés les chauffeurs travaillant pour l’application Uber. Un arrêt qui aurait dû contraindre le géant du VTC à se soumettre aux obligations financières du droit social français. « Uber s’est placé dans une situation anormalement avantageuse. Ne pas respecter ces règles permet de dégager une économie illicite », déplore Cédric Dubucq, avocat des taxis.

Depuis, les chauffeurs de taxis se sont regroupés pour faire bloc. Ils étaient 500 en juillet ; ils sont désormais 1 200 et comptent bien faire entendre leur voix. Le collectif, soutenu par la Fédération nationale des taxis indépendants (FNTI) et l’Union nationale de taxis (UNT), a assigné Uber France devant le tribunal de commerce de Paris.

Préjudice économique et moral

Les plaignants demandent une réparation de leur préjudice économique, qu’ils estiment compris entre 20 000€ et 30 000€ par an sur cinq ans pour chacun d’entre eux, soit un total de 180 millions d’euros. Les taxis veulent aussi que l’on reconnaisse le préjudice moral qu’ils ont subi avec l’arrivée d’Uber, qui a selon eux causé une baisse du chiffre d’affaires, une dégradation de leur image et de la valeur de leur licence.

C’est la première fois en France qu’Uber est ainsi poussé à rendre des comptes. Un hashtag #ActionTaxi a été créé pour mobiliser le reste de la corporation (ils sont 55 000) afin de peser davantage. Au Canada, 20 000 chauffeurs ont réclamé un milliard de dollars à Uber, tandis que 11 000 taxis britanniques ont mené une action pour concurrence déloyale. Dans de nombreux pays, les plaintes affluent régulièrement.