En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Voitures autonomes : Google va proposer une assurance auto à la demande

Le géant d’internet Google vient de nouer un partenariat avec une startup spécialisée dans l’assurance Trov. L’objectif est de proposer une assurance auto à tous les utilisateurs de sa future voiture autonome Waymo.

voiture autonome

Qui sera responsable en cas d’accident de voitures autonomes ? Cette question risque d’être souvent posée à l’avenir. Pour y répondre, Google a décidé de nouer un partenariat avec une startup spécialisée dans l’assurance nommée Trov. Elle permettra aux utilisateurs des véhicules du géant américain, Waymo, de profiter d’une couverture en cas de problèmes.

La jeune pousse de l’insurtech proposera une assurance auto sur mesure au trajet. Elle couvrira la perte de biens, l’interruption de voyage mais aussi les éventuels remboursements de frais médicaux. Cette offre est une véritable innovation pour Trov qui n’assurait jusqu’ici que des biens sur demande avec des garanties dommages, perte et vol.

Une ouverture vers un nouveau modèle d’assurance

Google décide ici de prendre les devants et de répondre à l’une des interrogations liées aux véhicules autonomes. Elle veut rassurer les futurs utilisateurs en leur proposant un service clé en main comprenant une assurance. D’autant plus qu’aucun technicien ne sera au volant des premières voitures Waymo livrées d’ici un an.

Le géant d’internet ouvre la porte entre les voitures autonomes partagées et à la demande et l’assurance auto. Trov prend ici une place de précurseur dans cette évolution des modèles d’assurance. Nul doute que les constructeurs automobiles mais aussi les assureurs classiques risquent de se pencher sur la question dans un futur proche.