En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les voitures autonomes pourraient faire réaliser d’importantes économies à la France

Les voitures autonomes seraient-elles la clé pour faire réaliser à la France des économies ? D’après une étude récente, il s’agit d’une vraie possibilité. Ces véhicules intelligents sont amenés à réduire considérablement les accidents de la route, extrêmement coûteux pour l’économie mondiale.

Voiture autonome Google Lexus

En France, 23Md€ (1% du PIB du pays) seraient perdus chaque année dans les accidents automobiles, selon une étude réalisée par Expert Market (en partenariat avec Global Positioning Specialists). Une somme évaluée par l’Observatoire national de la sécurité routière (ONISR) à 32,8 Md€ (1,5% du PIB) lors de son bilan 2015. Selon Expert Market, 90% d’économies pourraient cependant être réalisées en France grâce aux voitures autonomes.

Le chiffre de l’ONISR prend en compte la perte de production liée au décès de la personne, le coût médical (mutuelle, hospitalisation…) ainsi que le coût des dégâts matériels (assurance auto, réparations…).

Des routes plus sûres grâce à la technologie

Le développement des voitures intelligentes et autonomes est perçu comme un des moyens de réduire drastiquement le nombre d’accidents de la route. Une baisse de 90% est là aussi envisagée par un rapport de The Boston Consulting Group (BCG), à l’horizon 2030.

« Nous mettons en lumière le nombre de ces accidents qui pourraient être évité avec les voitures autonomes, explique dans un communiqué Lucile Michaut, à la tête d’Expert Market. Les gouvernements se laisseront difficilement convaincre d’investir dans des technologies de ce genre, à moins qu’on ne leur présente des preuves concrètes de leurs bienfaits. »

L’objectif étant alors de prouver qu’il existe des raisons économiques pour investir dans les voitures intelligentes, « au-delà bien sûr de l’évidente amélioration de la sécurité routière qu’elle représente », conclut Lucile Michaut.