En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Des voitures autonomes déjà présentes sur les routes françaises ?

Depuis plusieurs mois, certains constructeurs automobiles testent leurs véhicules autonomes sur les routes françaises. L’objectif est d’étudier le comportement de ces véhicules en conditions réelles dans toutes les situations, même les plus compliquées.

Voiture autonome

Un look futuriste avec un conducteur presque allongé dans l’habitacle… Des véhicules autonomes sillonnent depuis plusieurs mois les routes françaises. En effet, plusieurs constructeurs auto ont obtenu des autorisations du ministère des Transports pour tester ces nouvelles voitures. Le dernier en date étant Renault avec sa Symbioz Demo car.

Ainsi ces derniers jours, certains automobilistes ont été doublés par l’étonnant véhicule sur l’A13. Pourtant, Renault annonce ne pas en être à son coup d’essai. « Nous faisons rouler six Renault Espace sur autoroutes et voies rapides, en France et en Allemagne, depuis le début de 2016 », a déclaré au journal Les Echos Laurent Turpin, l’ingénieur en chef du véhicule chez Renault.

Analyser le comportement des véhicules

Le groupe PSA a été le premier à obtenir une autorisation à l’été 2015. 12 véhicules roulent aujourd’hui sur les autoroutes et voies rapides françaises, depuis les premiers essais avec une Peugeot C4 Picasso autonome. Le groupe annonce d’ailleurs près de 150 000 kilomètres d’essais. Le constructeur Valéo est même allé plus loin en faisant rouler ses véhicules sur les départementales et dans Paris.

Tous ces essais permettent d’analyser le comportement des véhicules dans des situations diverses. L’objectif principal est de réduire au maximum le taux de défaillance afin d’assurer la sécurité de chacun sur la route. Néanmoins, pas de panique, les voitures autonomes autorisées à circuler aujourd’hui ont pour obligation d’avoir un conducteur à l’intérieur, prêt à reprendre le contrôle du véhicule.