En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les voitures autonomes en circulation sur les routes dès 2019 ?

Le gouvernement souhaite encourager le développement des voitures autonomes. Une loi devrait être présentée prochainement pour étendre les tests sur ces véhicules à l’ensemble du territoire.

voiture autonome

Dans les mois à venir, les automobilistes devraient voir de plus en plus de voitures autonomes sur les routes. D’après RMC, le gouvernement présentera en mai prochain la loi « Pacte », qui permettra un développement accéléré des voitures autonomes. Une mesure déjà annoncée il y a quelques semaines : « dès le début de l’année prochaine, nous disposerons du cadre législatif autorisant les expérimentations », révélait Emmanuel Macron fin mars.

Jusque-là, les acteurs du monde de la voiture autonome ne pouvaient effectuer leurs essais que sur des zones dédiées, bien souvent des voies privées. Avec la nouvelle loi, ils seront autorisés à les mener sur l’ensemble du territoire, après avoir obtenu une autorisation de test auprès des exploitants des routes. Le but ? Multiplier les essais pour récolter un maximum de données et accélérer le développement de ces véhicules.

Quid de la responsabilité ?

Ces évolutions posent nécessairement des questions en termes de responsabilité et d’assurance automobile. D’après RMC, le projet de loi prévoit que c’est le titulaire de l’autorisation qui deviendrait responsable durant les expérimentations. C’est donc ce dernier qui devrait s’acquitter de l’amende en cas d’infraction et deviendrait pénalement responsable en cas de dommage corporel.

Le projet de loi stipule que les tests pourront être effectués sans superviseur derrière le volant ou à bord du véhicule. Un superviseur devra toutefois suivre les tests à distance. Autre précision : les tests ne seront pas limités aux voitures individuelles, mais également aux navettes transportant des passagers.