Interdiction véhicules anciens : 1ères demandes d’indemnisation

 

Suite à l’interdiction de circuler dans Paris la journée pour les voitures antérieures à 1997, 50 premiers dossiers de demandes d’indemnisation ont été déposés au tribunal administratif.

Voiture ancienne

Fervente opposante à la décision de la mairie de Paris d’interdire la circulation des véhicules anciens dans la capitale, l’association 40 millions d’automobilistes continue sa croisade. Après avoir promu le site  «www.remboursemabagnole.com», qui permet aux conducteurs impactés de faire une demande de dédommagement, l’association a lancé le 1er août, soit 1 mois après l’entrée en vigueur de la mesure, une action juridique visant à obtenir une indemnisation financière du préjudice subi.

50 premiers dossiers de demandes d’indemnisation ont été déposés devant le tribunal administratif de Paris. Les plaignants sont des conducteurs dont le véhicule, aujourd’hui interdit de circulation, est l’unique moyen de venir travailler dans la capitale, « faute de bénéficier de transports alternatifs adaptés proches de leur lieu de résidence », précise l’association.

Une demande d’indemnité de 700€

Selon 40 millions d’automobilistes, ces automobilistes sont en possession d’un véhicule ne pouvant être utilisé et, par conséquent, qui a perdu de sa valeur. Le délégué général de l’association, Pierre Chasseray, parle même 35 000€ de décote pour les 50 premiers véhicules. « Au 1er juillet, ces véhicules ont perdu 46 % de leur valeur. En moyenne, les propriétaires sont donc en droit de demander le versement d’une indemnité de 700 € », explique-t-il.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres