En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les bornes d’appel d’urgence sont en voie de disparition

Sur les routes secondaires, les bornes auto « SOS » sont de moins en moins nombreuses, rendues caduques par les smartphones.

Une panne sur une autoroute.

En 2011, les routes françaises comptaient 7 000 bornes orange. Aujourd’hui, il n’en reste plus que 3 000, soit moins que la moitié. Ces bornes d’appel, installées tous les 2km, sont entretenues par les sociétés privées qui gèrent les autoroutes. Cependant, sur les routes secondaires, dès qu’elles tombent en panne, elles sont recouvertes d’une bâche orange avant d’être enlevées.

Sachant qu’elles sont peu utilisées et assez fragiles, elles sont souvent retirées et presque jamais remplacées. Les automobilistes ont développé de nouveaux réflexes. Désormais, indique un article d’Europe 1, ils dégainent leur téléphone portable pour appeler les secours ou les dépanneurs. De plus, de nombreuses applications mobiles remplacent les bornes, comme SOS Autoroute.

Le bouton e-call comme solution

Cependant, les conducteurs n’apprécient pas tous cette disparition à grande vitesse. Le président de 40 millions d’automobilistes alerte sur le sujet : « Il faut arrêter de penser qu’on est automatiquement équipé d’un mobile ». Sans compter qu’un portable peut être déchargé. En somme, le portable est un bon complément mais ne doit pas remplacer tout le maillage des bornes.

Alors quelles solutions pour évacuer ce danger qui plane sur les routes secondaires ? Les constructeurs auto ont peut-être une solution : les boutons eCall, devenus obligatoires dans les voitures neuves. Ce système d’appel d’urgence est intégré dans l’habitacle et se déclenche soit en cas d’accident soit manuellement.

Auto : le bouton d’appel d’urgence eCall obligatoire à partir du 1er avril
Lire l'article