En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Que faire en cas d’accident entre un piéton et une auto ?

  • Jusqu'à 75 devis d'assurance auto comparés en 5 minutes.
  • 325€ d'économies en moyenne* pour les mêmes garanties.

Les piétons sont des usagers de la route vulnérables face aux véhicules motorisés, d’où des accidents fréquents. Que faire lorsqu’un accident de la route survient entre une auto et un piéton et quelles démarches entreprendre ? Explications.

Accident entre une auto et un piéton : que faire ?

Prévenir les secours

Tout dépend bien sûr de la gravité de la situation, mais si le piéton et/ou l’automobiliste sont blessés, le premier réflexe à avoir est d’appeler les secours pour qu’ils soient pris en charge au plus vite.

Prévenir les forces de l’ordre

Même s’il n’y a pas de blessés, les forces de l’ordre (police, gendrarmerie) doivent être prévenues au plus vite. Elles dresseront un procès verbal pour statuer sur les responsabilités de chacun et pourront constater les éventuels dégâts, corporels comme matériels.

Faire un constat amiable

Un accident de la route est un sinistre qui affecte deux parties. Par conséquent, il est nécessaire d’établir un constat amiable. Chaque partie doit notamment inscrire son indentité, son descriptif de l’accident ainsi que le nom de sa compagnie d’assurance. Cela servira notamment lors de l’indemnisation. Le constat amiable doit être envoyé aux compagnies d’assurance dans un délai de 5 jours.

Accident piéton/auto : gare au délit de fuite

Si vous êtes automobiliste et que vous êtes reponsable d’un accident impliquant un piéton, vous êtes dans l’obligation de vous arrêter, bien sûr pour vérifier si vous avez causé des dégâts ou non, mais aussi pour décliner votre identité. Si vous passez outre cette règle, vous commettez un délit, à savoir le délit de fuite.

Délit de fuite : comment réagir ?
Lire l'article

Piéton : j’ai été renversé, que faire ?

Recueillir les coordonnées du conducteur : nom, adresse, nom de la compagnie d’assurance et numéro de contrat…

Prévenir la Sécurité sociale : envoyez les ordonnances de votre médecin, les feuilles de soin et le certificat d’arrêt de travail (si besoin) à la caisse d’Assurance maladie.

Dans le cas où vous avez souscrit une assurance personnelle, telle qu’une garantie individuelle accident :

Envoyez une déclaration d’accident par lettre recommandée dans les 5 jours après l’accident

Joignez un courrier dans lequel vous expliquez comment l’accident s’est déroulé (lieu, circonstances, coordonnées des éventuels témoins) et votre lieu éventuel d’hospitalisation

Accident piéton/auto : quelle indemnisation ?

Si vous êtes piéton et que vous avez eu un accident dont un automobiliste est reponsable, la compagnie d’assurance de ce dernier doit également vous contacter pour :

  • Vous informer de vos droits ;
  • Vous demander les informations nécessaires ;
  • Vous faire une proposition d’indemnisation dans les délais fixés par la loi.

La loi Badinter

C’est la loi Badinter qui prévoit cette disposition : en cas d’accident impliquant un piéton, l’assurance auto du conducteur de la voiture doit indemniser la victime.

L’indemnisation en détail

Dans le détail, l’assurance de l’automobiliste impliqué dans l’accident doit vous faire une proposition d’indemnisation dans les délais suivants :

  • Sous 8 mois à partir de la date de l’accident ;
  • Sous 3 mois à partir de la date où vous réclamez un remboursement.

Le montant de l’indemnisation varie selon la gravité de l’accident et des préjudices subis.

Si jamais le conducteur a pris la fuite, vous pouvez vous tourner vers le FGAO (Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages) pour demander une indemnisation. Cet organisme a pour mission d’indemnise les victimes dans ce cas de figure.

Accident entre une auto et un piéton : cas particuliers

Il faut savoir qu’il peut arriver que le piéton ne soit pas indemnisé (cas très rare) en cas de faute grave et inexcusable.

Enfin, sachez qu’un piéton âgé de moins de 16 ans ou de plus de 70 ans ou invalides à 80% sera toujours indemnisé.

Cet article vous a-t-il été utile ?