Auto : acheter des pièces d’occasion pour éviter la mise en épave

A la suite d’un accident, votre voiture est très endommagée et l’assurance rechigne à couvrir les réparations? Depuis 2009, il est possible d’acheter des pièces d’occasion en vue d’être indemnisé. Explications, par votre dévoué comparateur d’assurances auto.

Ce qu’apporte l’arrêté du 29 avril 2009

Depuis l’entrée en vigueur de l’arrêté du 29 avril 2009, les experts d’assurances peuvent évaluer le montant des réparations à effectuer sur une voiture accidentée en se basant sur des prix d’occasion. En d’autres termes, l’expert peut désormais introduire des pièces détachées de réemploi dans son rapport, dans le but de faire diminuer le coût global des réparations.

Cela peut paraître anodin mais en réalité c’est une petite révolution. En effet, si le montant estimé par l’assureur est supérieur à la valeur vénale de l’auto, celle-ci est classée «véhicule économiquement irréparable» (VEI), autrement dit épave. Hors d’usage, votre voiture est alors bonne pour la casse et la somme obtenue par votre assurance est loin de couvrir le prix d’une nouvelle auto. C’est pourquoi, pour favoriser la réparation et éviter la mise en épave, certains assureurs proposent spontanément d’utiliser des pièces de réemploi, moins chères donc. Notez bien que vous êtes vous-même en droit de contester un classement en VEI en présentant à votre assurance un devis moins élevé intégrant des pièces d’occasion.

L’utilisation de pièces de réemploi est limitée et parfois difficile

Ne rêvez pas, votre auto ne pourra jamais être intégralement reconstituée avec des pièces détachées d’occasionaux frais de votre assurance ! En effet, l’expert s’en tient généralement aux pièces dites «captives» ou «visibles», c’est-à-dire constituant la carrosserie, les phares, les vitres, etc. La réutilisation de pièces mécaniques comporte trop de risques que l’assureur n’acceptera pas de couvrir.

Par ailleurs, les pièces ne peuvent pas provenir de n’importe où: elles sont prélevées sur des véhicules hors d’usage par des recycleurs agréés qui les contrôlent avant de les fournir à des réparateurs. Notez enfin que nombreux sont les accidents qui endommagent la partie avant gauche d’un véhicule, les pièces concernées sont donc les plus prisées et par conséquent les plus difficiles à trouver.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres