En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : les constructeurs n’auront plus le monopole des pièces détachées

Le gouvernement a annoncé sa volonté d’ouvrir à la concurrence le marché des pièces détachées automobiles, dites visibles. Une mesure qui devrait profiter au portefeuille des consommateurs.

Le Premier ministre Edouard Philippe a exprimé son intention de libéraliser la commercialisation des pièces détachées automobiles. Cette décision sera sans doute intégrée dans la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) pour amener à une baisse des prix dans ce secteur.

Jusqu’alors, la vente de pièces détachées visibles (rétroviseurs, vitres, phares…) était la prérogative exclusive des constructeurs automobiles. Ces pièces sont protégées par le code de propriété intellectuelle, faisant du marché français une exception.

Un impact positif pour le consommateur

Matignon souhaite que la mesure concerne, dans un premier temps, uniquement les phares, rétroviseurs et vitrages. Une deuxième phase, englobant tout l’ensemble de la carrosserie, interviendrait par la suite. Cette ouverture du marché devrait faire baisser notoirement le prix d’achat des pièces.

Et qui dit réduction des coûts des pièces détachées, dit diminution de la prime d’assurance. Ainsi, la mesure devrait avoir un impact positif sur le prix payé chaque année par les Français sur leur assurance auto. En moyenne, on dépense 500 euros par an en remplacement de pièces détachées.