En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Savoir éviter les pièges de l’assurance protection juridique (APJ)

Jihane Bensouda - mis à jour le

Vous souhaitez revendiquer un droit, vous défendre d’une réclamation ou encore obtenir réparation à l’amiable d’un dommage subi ?

Il serait naturel que vous optiez pour l’assurance protection juridique dans votre contrat auto ! Mais attention cependant, LeLynx.fr vous apprend à comprendre cette garantie pas si évidente !

L’assurance protection juridique en bref

L’assurance protection juridique (APJ) est en théorie une assurance qui vous aide à faire valoir vos droits. Si vous êtes confronté à un litige avec votre garagiste qui aurait mal fait des réparations sur votre auto par exemple, vous pouvez faire jouer cette assurance.

Les prestations fournies par votre assureur auto prendront la forme de conseils ou encore d’informations juridiques. Oui mais voilà, vous n’êtes pas satisfait et vous voulez aller plus loin !

Votre assureur recherchera avant tout une solution amiable au problème. Cependant, si la solution amiable échoue ou si elle ne vous convient pas, vous n’aurez plus d’autre choix que de vous lancer dans des procédures judiciaires. L’assureur est alors censé prendre en charge les frais de justice et les honoraires d’avocat.

Mais, attention ! L’assurance protection juridique est généralement très limitée !

Les limites et exclusions de l’assurance protection juridique

Vous êtes poursuivi en justice après un accident de la circulation. De deux choses l’une :

  • Soit vous confiez votre litige à l’avocat de la compagnie d’assurance : vos frais seront pris en charge dans certaines limites ;
  • Soit vous décidez de prendre vous-même un avocat : une partie significative des frais restera à votre charge.

D’un assureur à l’autre, les garanties incluses dans l’assurance protection juridique varient du tout au tout. Ainsi, il est plus que fréquent d’observer que l’assurance protection juridique s’accompagne :

  • d’une limite aux dépenses prises en charge par événement ou par année ;
  • d’un plafond aux honoraires d’avocat ;
  • d’un seuil d’intervention : c’est-à-dire que l’assureur n’intervient que si le litige porte sur un montant supérieur au minimum fixé dans le contrat ;
  • d’une franchise ;
  • d’une limite territoriale : souvent valable que dans les pays de l’Union européenne.

L’assurance protection juridique ne prend jamais en charge les dommages que vous avez subis ou ceux que vous avez causés, pas plus qu’elle ne couvre les amendes ou les contraventions. Pour savoir quelle assurance auto choisir, n’oubliez pas de comparer !