Automobile : les options vont devenir plus rares

Devenues un véritable argument marketing pour nous convaincre d’acheter une voiture, les options et équipements payants devraient pourtant régresser dans les années à venir. On vous explique pourquoi.

Données auto

Vous bavez devant la promo d’un gros SUV en location longue durée, proposé avec un kit d’options payantes plus sophistiquées les unes que les autres ? Sachez que ce type d’arguments de vente se fera de plus en plus rare. La principale cause de ce recul : la norme WLTP. En effet, cette nouvelle norme (qui remplace l’ancienne NEDC) intègre dans le calcul des rejets de CO2 l’impact des équipements.

Ainsi, plus un modèle est équipé, plus ses émissions augmentent, plus le malus écologique sera important. Ajouter un toit ouvrant à sa voiture augmente ainsi le barème CO2 de 2 grammes, et donc, pénalise l’acheteur de plusieurs centaines d’euros. Le constructeur aussi est sanctionné par la législation, ce qui l’incite à limiter les options. D’ailleurs, certains équipements alourdissent le véhicule et limitent son aérodynamisme.

Un objectif de rentabilité

Comme les constructeurs asiatiques, les marques européennes devraient simplifier l’homologation de leurs véhicules. En effet, les systèmes informatiques engendrent des variables qui compliquent l’homologation avec la norme WLTP. Pour simplifier les offres, les commandes et la production, les constructeurs ont donc tout intérêt à uniformiser les options.

Dernier avantage pour les marques : la rentabilité. En supprimant les listes interminables d’options payantes, elles peuvent créer des « packs » d’équipements, qui regroupent de nombreux gadgets auxquels l’acheteur n’aurait pas forcément aspiré. Pour avoir ne serait-ce qu’une option, il faudra donc prendre la finition supérieure… Citons par exemple la Renault Zoé Life, de laquelle a été retirée la radio écran tactile pour la finition d’entrée de gamme. Impossible de l’ajouter en option payante : pour avoir cette radio, il faut passer à la finition Renault Zoé Zen, bien plus chère.