En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto : bientôt des « boîtes noires » obligatoires dans les voitures ?

Les automobiles pourraient bientôt être équipées de « boîtes noires ». Le Parlement réfléchit à l’installation de ces nouveaux équipements obligatoires pour mieux analyser les causes des accidents et réduire la mortalité.

Données auto

Le Parlement européen réfléchit actuellement aux équipements de sécurité obligatoires dans les autos. Parmi les pistes évoquées, des « boîtes noires » : « tous les véhicules seront équipés d’enregistreurs de données d’événements qui enregistreront les données critiques relatives aux accidents quelques secondes avant qu’ils ne se produisent », rapporte un communiqué du Parlement relayé par BFMTV.

Le but d’un tel équipement : recueillir des informations en cas d’accident et mieux déterminer la cause des accidents en vue de réduire la mortalité routière. D’après BFMTV, l’obligation d’équiper les voitures pourrait être effective dès 2022 pour les voitures neuves et dès 2024 pour les voitures neuves déjà commercialisées.

Quid des données ?

Le dispositif des « boîtes noires » soulève des questions concernant la protection des données personnelles. Le Parlement devra nécessairement réfléchir aux données utilisées, à leur durée de conservation et aux personnes qui pourront y accéder. Pour Guillaume Crunelle, associé responsable de l’industrie automobile chez Deloitte, « toute la problématique est de savoir quelles sont ces données critiques », notamment de déterminer s’il s’agit « de l’image, du son de la vidéo, des données télémétriques ou comportementales du véhicule… ».

Les automobilistes ont toutefois déjà été préparés avec l’essor des dashcams, ces caméras embarquées qui enregistrent la conduite en vidéo. Toutefois, les dashcam et les « boîtes noires » diffèrent sur plusieurs points. D’une part, les dashcams correspondent à un usage volontaire, choisi par l’automobiliste et d’autre part, avec les dashcams, c’est bien l’utilisateur qui a le contrôle de ses données.