En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Vitres teintées : les professionnels auto s’opposent au décret

Suite au décret qui prévoit d’interdire dès le 1er janvier les vitres teintées à plus de 30%, une association de professionnels de l’auto dépose un recours devant le Conseil d’Etat.

Vitre teintée.

Pour combattre l’interdiction concernant les vitres avant des véhicules teintées à plus de 30%, l’Association des professionnels du film pour vitrage (APFV) a déposé le 13 mai un recours devant le Conseil d’Etat contre le décret qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain. A partir de cette date, une voiture dont les vitres ne laissent pas passer au moins 70% de luminosité pourront valoir à leur conducteur une amende de 135€ et un retrait de 3 points du permis de conduire.

2 millions de véhicules rouleraient équipés de vitres teintées en France.

Des mesures disproportionnées

L’avocat Rémy Josseaume parle de « disproportion entre les mesures prises et l’objectif recherché » par l’Etat. « On aurait pu établir un seuil bien en deçà. A 35% ou 45% », explique-t-il. Le ministère de l’Intérieur met en avant un souci de sécurité routière, mais surtout la nécessité de pouvoir identifier les conducteurs et passagers d’un véhicule alors que « la menace terroriste est particulièrement élevée ».

Le retrait des films teintés des vitres d’un véhicule est à la charge du propriétaire de la voiture, et peut coûter entre 50€ et 100€ chez un professionnel, bien qu’il existe des techniques pour les retirer soi-même à moindre coût.