Vitres teintées : les professionnels auto s’opposent au décret

 

Suite au décret qui prévoit d’interdire dès le 1er janvier les vitres teintées à plus de 30%, une association de professionnels de l’auto dépose un recours devant le Conseil d’Etat.

Vitre teintée.

Pour combattre l’interdiction concernant les vitres avant des véhicules teintées à plus de 30%, l’Association des professionnels du film pour vitrage (APFV) a déposé le 13 mai un recours devant le Conseil d’Etat contre le décret qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain. A partir de cette date, une voiture dont les vitres ne laissent pas passer au moins 70% de luminosité pourront valoir à leur conducteur une amende de 135€ et un retrait de 3 points du permis de conduire.

2 millions de véhicules rouleraient équipés de vitres teintées en France.

Des mesures disproportionnées

L’avocat Rémy Josseaume parle de « disproportion entre les mesures prises et l’objectif recherché » par l’Etat. « On aurait pu établir un seuil bien en deçà. A 35% ou 45% », explique-t-il. Le ministère de l’Intérieur met en avant un souci de sécurité routière, mais surtout la nécessité de pouvoir identifier les conducteurs et passagers d’un véhicule alors que « la menace terroriste est particulièrement élevée ».

Le retrait des films teintés des vitres d’un véhicule est à la charge du propriétaire de la voiture, et peut coûter entre 50€ et 100€ chez un professionnel, bien qu’il existe des techniques pour les retirer soi-même à moindre coût.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres