En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Conduite sans assurance : entre 500 000 et 1 million de véhicules

Selon le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages, on recenserait aujourd’hui entre 500 000 et 1 million de véhicules roulant sans assurance. Ce chiffre est le signe d’une multiplication des comportements dangereux pour près de 750 000 automobilistes.

Conséquences du défaut d'assurance

Le défaut d’assurance auto ou moto est un délit aux yeux de la loi Française. Pour autant, les dossiers traités par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO), organisme d’indemnisation des victimes d’accidents causés par des conducteurs non assurés, se sont élevés à 27 970 en 2017.

Ainsi, « le nombre total de véhicules non-assurés (quatre-roues et deux roues) se situerait sans doute entre 500 000 et 1 million », précise son directeur général Julien Rencki au journal Les Echos. Plusieurs explications sont données : un parc automobile plus grand et le développement des NVEI (nouveaux véhicules électriques individuels comme les trottinettes électriques, gyropodes…).

Délinquance, négligence et primes d’assurance élevées

Les profils des personnes roulant sans assurance sont divers. Dans certains cas, ce délit n’est que l’addition de plusieurs formes de « délinquance » selon Julien Rencki, avec une conduite sans permis et dangereuse. Dans d’autres, une forme de « négligence » puisque les conducteurs oublient de s’assurer. Enfin, le facteur financier joue aussi un rôle important.

Les conducteurs non-assurés représentent aujourd’hui 10% des accidents corporels sur les routes françaises. Dans ce sens, le FGAO a indemnisé les victimes à hauteur de 85,2 millions d’euros. Pourtant, les sanctions et recours exercés contre ces auteurs de faits graves ont permis à l’organisme de ne récupérer que 11,6 millions d’euros.