En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Plus de 800 000 automobilistes conduisent sans assurance

Les automobilistes en défaut d’assurance ont provoqué plus de 31 000 accidents, ce qui a coûté très cher à l’Etat en 2018 en matière d’indemnisation.

Conséquences du défaut d'assurance

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, a pointé du doigt les conducteurs qui roulent sans assurance. Ils étaient près de 800 000 l’année dernière, avec un bilan peu glorieux de 31 000 accidents provoqués.

« C’est un risque incalculable qui peut bousiller l’existence des victimes », s’est indigné Emmanuel Barbe. Parmi ces accidentés, 109 ont perdu la vie et près d’un millier ont été sérieusement blessés. Ce chiffre est en hausse de 21% depuis 2013.

119 millions d’euros de fonds publics

Ce défaut d’assurance, pourtant sévèrement puni par la loi, pèse lourd dans les finances de l’Etat. Le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO), chargé de l’indemnisation des victimes des automobilistes non-assurés, a dépensé 119 millions d’euros en 2018.

Julien Rencki, directeur général du FGAO, a tiré la sonnette d’alarme : « C’est un fléau cette non-assurance pour les victimes qui en subissent les conséquences, pour les auteurs aussi (…) Nous allons parfois leur demander de rembourser pendant toute leur vie. » Pour rappel, l’assurance est obligatoire : pensez à comparer pour trouver la meilleure.

Le défaut d’assurance est un délit sanctionné par une amende de 500 euros. Dans toutes les cas, le non-assuré devra rembourser les frais d’indemnisation de la victime versés par le FGAO. Dans les cas de circonstances aggravantes, l’amende peut être alourdie, et d’autres mesures peuvent être prises comme la suspension ou l’annulation du permis, une peine d’intérêt général ou la confiscation du véhicule.