En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Prime à la casse : un succès monstre depuis 2018

Le succès de la prime à la conversion auto a fait bondir le nombre de demandes en 2018. Les objectifs du gouvernement sont largement dépassés.

En lançant la nouvelle formule de prime à la casse en 2018, l’Etat espérait atteindre les 100 000 demandes. Un an après, le bilan est extrêmement positif, puisqu’il y a eu 260 000 dossiers de prime à la conversion. Fort de ce succès, le gouvernement a confirmé le dispositif en 2019, en modifiant les plafonds et les seuils.

Depuis le 1er janvier, les foyers les plus modestes peuvent toucher jusqu’à 4 000€ pour l’achat d’un véhicule essence ou diesel, et jusqu’à 5 000€ pour un modèle électrique ou hybride. Cette mesure avait pour but de répondre aux requêtes des Gilets jaunes, qui visaient à abaisser fortement leur budget auto.

+64% de dossiers en 2019

Si les chiffres de 2018 sont impressionnants, ceux du premier trimestre 2019 sont tout à fait hors du commun. Près de 280 000 demandes ont été formulées entre janvier et mars selon AAA Data, soit une hausse de 64% par rapport à 2018. Selon Le Parisien, les 1 700 centres de casse que compte la France ont 30% de demandes en plus.

Le gouvernement a tout de même décidé de mettre plus de rigueur dans l’accès à la prime. La prime pour le diesel ne concerne plus les ménages imposables, tandis que le seuil limite d’émission de CO2 est passé de 130 à 122g/km. Malgré tout ce succès, il faut souligner un léger couac : les retards de paiement dus à la sous-estimation de la demande.