En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Prime à la conversion : les professionnels dénoncent des retards de paiement

Les professionnels de l’automobile et les particuliers dénoncent des retards de paiement pour le versement de la prime à la conversion. En cause notamment, l’explosion des demandes de cette aide financière.

prime casse retards

Le gouvernement a annoncé que la prime à la conversion allait être augmentée dès le 1er janvier 2019. Une bonne nouvelle pour les automobilistes qui souhaitent acheter une voiture plus propre, mais qui risque toutefois de se heurter à un problème : actuellement, l’ASP (Agence des services de paiement) peine à verser cette prime.

Une situation que dénoncent les concessionnaires automobiles. Selon Le Parisien, le président du Centre national des professionnels de l’automobile (CNPA), Francis Bartholomé, a envoyé le 29 novembre un courrier au Premier ministre pour dénoncer une situation « qui n’est plus tenable ». En réponse, le gouvernement a débloqué 43 millions d’euros en urgence. Ce montant est jugé « très insuffisant » au CNPA.

L’explosion des demandes en cause

L’Agence des services de paiement ne parvient pas à verser les primes à la conversion dans des délais raisonnables à cause du succès de cette aide financière. Comme le rapporte Le Parisien, on expliquait au ministère de la Transition écologique que « 220 000 demandes ont été enregistrées depuis janvier, soit 120 000 de plus que l’objectif prévu pour 2018 ». C’est ce succès qui entraine un allongement des délais de paiement.

La situation ne devrait d’ailleurs pas s’arranger de sitôt. « Le gouvernement estime désormais que plus de 300 000 demandes de primes devraient avoir été émises d’ici la fin de l’année », rapportait en novembre dernier Jean-François Husson, vice-président de la Commission des Finances du Sénat. Le risque si les retards de paiement persiste : décourager les professionnels et particuliers engagés en faveur de la transition énergétique.