En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La prime à la casse élargie à tous les Français en 2018

La prime à la casse évolue en 2018. Depuis le 1er janvier, tous les Français qui souhaitent changer un véhicule polluant contre une voiture neuve ou d’occasion récente pourront en bénéficier.

Annoncée en septembre dernier dans le cadre du « Plan climat », l’entrée en vigueur de la nouvelle prime à la casse est désormais effective. Pour en bénéficier, il faut acheter un véhicule à faible émission de CO² en échange de son véhicule essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001. L’achat d’un véhicule d’occasion permet également de toucher la prime, si ce dernier possède une vignette Crit’air de 0 à 2 et rejette moins de 130g de CO²/km.

Le montant de la prime dépend du véhicule acquis et de la situation fiscale du foyer. Il varie entre 500 et 1 000€, voire 2 000€ pour les personnes non imposables. La prime pourra même monter à 2 500€ lors de l’achat d’un véhicule électrique neuf.

Renouveler le parc automobile français

L’extension de la prime à la casse répond à un objectif du gouvernement : accélérer le renouvellement du parc automobile ancien et polluant.

Désormais, même les foyers non imposables sont éligibles à la prime. La mesure s’adresse donc principalement aux ménages modestes, qui possèdent les voitures les plus anciennes et les plus polluantes. Cette nouvelle prime à la casse devrait les inciter à en acquérir de plus modernes. Elle pourrait concerner plus de 100 000 véhicules en 2018.