En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Prime à la casse : plus de 170 000 dossiers déposés à mi-septembre

La prime à la casse connaît un succès croissant auprès des Français, avec 170 122 dossiers déposés depuis le début de l’année. Un succès qui s’explique notamment par l’extension du dispositif aux véhicules d’occasion.

prime casse

Le succès de la prime à la casse se confirme. Selon le ministère de la Transition écologique et solidaire, 170 122 dossiers de demande ont été déposés à la mi-septembre. C’est déjà bien plus que les 100 000 primes qui avaient été estimées par le gouvernement pour l’année 2018. Ainsi, « dès 2018, la prime à la conversion automobile aura atteint la moitié de l’objectif du quinquennat, soit plus de 250 000 véhicules », note le ministère.

Comme le rapporte Les Echos, le phénomène s’est d’ailleurs accéléré ces derniers mois. Fin juin, 75 000 propriétaires de voitures avaient fait une demande de prime à la casse. Les services compétents ont donc dû faire face à un afflux de près de 100 000 dossiers en deux mois, d’où des délais de traitement allongés.

Succès depuis l’extension aux véhicules d’occasion

La prime à la casse, qui était jusque-là versée à l’achat d’une voiture électrique, a été étendue aux véhicules d’occasion récents le 1er janvier 2018. Cet élargissement lui a permis de décoller : 60% des primes demandées cette année correspondent à ce type de véhicules. « Les Français se précipitent sur le dispositif », confirmait jeudi le Premier ministre, Edouard Philippe, sur France Inter.

Reste à savoir si, face à un tel engouement, le gouvernement pourra maintenir les conditions actuelles de la prime à la casse. Le ministère de la Transition écologique a déjà précisé que la prime serait maintenue en 2019, « en faisant évoluer légèrement ses critères afin de la rendre plus écologique tout en conservant un rythme très soutenu de conversion de véhicules ».