En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto: les primes à la conversion ont surtout permis d’acheter des diesel

Selon des chiffres publiés par le magazine AutoPlus, près de 150 000 dossiers de primes à la conversion ont permis aux automobilistes d’acheter une voiture diesel en 2018. Une tendance surprenante alors que les pouvoirs publics veulent éviter le recours à ce type de véhicule.

Prime à la casse

Le gouvernement n’a cessé de souligner la réussite et l’engouement suscité par cette aide l’année dernière. Ainsi, sur les près de 300 000 primes à la conversion accordées en 2018, quasiment 150 000 d’entre elles ont permis à des Français d’acheter un véhicule diesel, selon des chiffres révélés par le magazine spécialisé AutoPlus.

Un chiffre étonnant sachant que les pouvoirs publics cherchent à orienter les automobilistes vers d’autres types de motorisation. Pour autant, le marché de l’occasion propose une abondance de voitures diesel, dont certains modèles sont désormais éligibles à la prime à la casse au même titre que des voitures neuves.

Auto : E. Philippe annonce une « super-prime » à la conversion dès 2019
Lire l'article

5% de véhicules électriques

Néanmoins, cette tendance est à relativiser puisque les achats de voitures essence via ce dispositif sont quasiment identiques à ceux des véhicules diesel. D’autant plus que sur le marché des voitures neuves, ces dernières ne représentent aujourd’hui qu’un peu plus d’un tiers des ventes (36%), selon les chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Enfin, les véhicules électriques ont représenté 5% des achats via cette prime à la conversion en 2018. Le ministère de la Transition écologique a d’ailleurs annoncé que les trois-quarts des véhicules achetés avec cette prime depuis le début de l’année 2019 étaient dotés de la vignette Crit’Air 2 (diesel immatriculés à partir de 2011 et essence à partir de 2006).