En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto : 90 000 demandes de primes à la casse depuis début 2018

Selon les chiffres annoncés mardi par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, 90 000 personnes ont effectué une demande de prime à la casse depuis le début de l’année. L’objectif du gouvernement à hauteur de 100 000 primes accordées va être largement atteint.

Un nouveau réflexe lors de l’achat d’un nouveau véhicule ? L’élargissement de la prime à la casse à tous les Français depuis le 1er janvier est en tout cas un succès pour le gouvernement. Ainsi, 90 000 demandes ont d’ores et déjà été effectuées depuis le début de l’année. Une accélération est même observée depuis la mi-mai.

Nicolas Hulot a ainsi indiqué que ce dispositif « a tellement bien marché que nous avons explosé (…) tous les objectifs ». En effet, le gouvernement avait tablé sur 100 000 primes à la casse par an dès cette année, un objectif atteint à 90% en un semestre.

Les ménages non-imposables, heureux bénéficiaires

Pour rappel, la prime à la casse permet à tous les Français d’obtenir une aide financière lors de l’achat d’un véhicule s’ils se débarrassent en même temps de leur diesel d’avant 2001 ou de leur essence d’avant 1997. Son montant peut alors atteindre 1 000€ voire même 2 000€ pour les personnes non-imposables.

Ces derniers sont d’ailleurs les principaux bénéficiaires de cette mesure puisque 70% des demandes enregistrées sont issues de cette catégorie. Ils peuvent d’ailleurs se débarrasser de leur diesel d’avant 2006 et obtenir une prime augmentée à 2 500€ s’ils optent pour un véhicule électrique neuf.